Evènements & actualités

<< Retour aux actualites

LES RECETTES DES FILMS

13 Janvier 2015

Quelles sont les composantes des recettes d'un film?

D'un point de vue industriel, un film est un produit. Un produit culturel certes, mais un produit tout de même, lancé sur un marché concurrentiel et décliné sur plusieurs modes d'exploitation afin de toucher les consommateurs.

Quelles sont les différents types de recettes générées par ce produit culturel si particulier ?

Les recettes d'un film en France sont distinguées par support d'exploitation :
- les salles de cinéma
- Vente et location de DVD / Blu-ray
- Vidéo à la Demande
- Diffusions télévisuelles

Autre recette d'un film, l'exploitation à l'international consiste en la vente des droits d'exploitation du film dans un territoire étranger sur un ou plusieurs supports pour une période déterminée. Il est fréquent que la vente couvre l'ensemble des supports d'exploitation du film pour le territoire.


Recettes en salles en France

Les Recettes Brutes Distributeur (RBD)

Ticket de cinéma

C’est la somme versée par les exploitants de salles de cinéma au distributeur du film. Elle représente environ 40% de la « recette guichet » soit 2,30 € en moyenne.

Sur le prix d'une place de cinéma (6,5 € en moyenne - source CNC), est prélevé une TVA à 10%, la TSA à 10,72% (Taxe Spéciale Additionnelle perçue par le CNC pour alimenter le compte de soutien au cinéma géré par le CNC) et une taxe SACEM pour les droits musicaux de l'ordre de 1,3%. Le reste est répartie entre les exploitations (les salles de cinéma) et le distributeur du film, cette dernière part étant redistribuée aux différents ayants droit et partenaires financiers du film.


Les Recettes Nettes Part Producteur (RNPP) ou Recettes Nettes Producteur (RNP)

C’est la RBD diminuée de la commission du distributeur et des recettes nécessaires à la récupération par ce même distributeur de l’avance qu’il aura consentie en prenant à sa charge les frais liés à la mise en place du film dans les salles de cinéma et les frais de promotion et de publicité. Ces frais sont regroupés sous l’appellation « Frais d’Edition » (FE).

La commission du distributeur varie entre 15% et 30% de la RBD, en fonction notamment du risque financier qu'il prend (apport d'un MG salle important ou non).

Ainsi, dans le cas général : 
1. la commission du distributeur est prélevée sur la RBD, 
2. la RBD nette de commission distributeur est affectée au recouvrement des frais d'édition, 
3. une fois les frais d'édition recoupés, nous obtenons les RNPP 
4. quand un MG a été apporté par le distributeur, les RNPP sont affectées au recoupement de ce MG 
5. les RNPP sont ensuite réparties entre les différents ayants-droit

Il est toutefois possible que des partenaires financiers obtiennent des pourcentages de recettes sur les RNPP concomitamment à la récupération du MG. On parle alors de "couloir de récupération parallèle au MG".


Recettes DVD/Blu-ray/VoD France

Les recettes sont généralement réparties selon un système de royautés, prenant pour base le Chiffre d'Affaires Net Editeur HT ("CA Net HT").

Le Chiffre d'Affaires Net Editeur Hors Taxes

Le « CA Net HT », est le montant obtenu par le produit des prix de gros hors taxes consentis aux différents revendeurs (notamment grossistes, semi-grossistes ou détaillants) ou aux consommateurs en cas de vente directe, par les différentes quantités de Vidéogrammes (DVD, Blu-ray, VoD) qui leur sont vendues, déduction faite :

- des remises, ristournes et rabais, accordés au distributeur physique (lieu de vente) ;
- des participations publicitaires (soit la rémunération de la mise en avant événementielle et qualitative des Vidéogrammes, en magasin ou sur tract) ;
- de tous les droits, impôts indirects ou taxes sur la Valeur Ajoutée.

Les RNPP DVD / Blu-Ray

Les RNPP sont égales à un pourcentage du CA Net HT, variant entre 15% et 35% (selon les négociations et les types d'exploitation : location, vente, etc.).

La part restante (85% à 65% du CA Net HT) revient à l'éditeur vidéographique en rémunération de son travail et pour la couverture des frais de commercialisation qu'il a engagés : campagne publicitaire, fabrication, production, stockage et mise en place des DVD et Blu-Ray.

Les RNPP VoD

En ce qui concerne la Vidéo à la Demande ("VoD"), les frais de commercialisation engagés par l'éditeur sont très peu élevés (pas de frais de fabrication, ni de stockage, ni de mise en place). Le pourcentage de royautés est donc plus élevé et les RNPP VoD représentent en général entre 50% et 80% du CA Net HT.

Comme pour les RNPP salles, si un MG vidéo à été versé pour le financement du film, les RNPP vidéo sont affectées d'abord au recoupement de ce MG.


Recettes TV France

Les recettes brutes télévisuelles

Les recettes télévisuelles sont constituées des ventes de droits de diffusion aux chaînes de télévision pour une durée déterminée (fenêtre de diffusion)

Les prix des ventes télévisuelles varient en fonction :
- du type de chaîne : chaînes non payantes (TF1, France 2, France 3, Arte et M6), chaînes par abonnement (Canal +, Orange, TPS), chaînes du câble et du satellite, TNT…
- de la case de diffusion (prime time, deuxième ou troisième partie de soirée),
- du potentiel d'audimat du film.

Les RNPP TV

Ces sont les recettes brutes (prix d'achat) diminuées d'une commission de vente variant entre 5% et 15% et éventuellement de frais techniques peu significatifs (1 500 € maximum).Recettes International ou Etranger


Recettes International ou Recettes Etranger

Les recettes brutes Etranger

C'est le montant de la vente des droits d'exploitation sur un ou plusieurs supports à un territoire.

Les RNPP Etranger

Ce sont les recettes brutes diminuées :

- de la commission du vendeur international (variant de 10% à 25% selon les cas),
-  des frais de commercialisation avancés par le vendeur international. Ces frais de commercialisation sont beaucoup moins élevés que les frais engagés pour l'exploitation en salles en France (entre 30 000 € HT et 100 000 € HT).

Même système que pour la salle et la vidéo en France, les RNPP étranger vont récupérer en priorité le MG Etranger le cas échéant.


Le Fonds de soutien Producteur

L'exploitation d'un film en salles, son exploitation vidéographique et les diffusions télévisuelles en France génèrent automatiquement pour les producteur et coproducteurs du film une recette supplémentaire : le soutien financier automatique à la production, appelé communément le "fonds de soutien Producteur".

Le Fonds de soutien Producteur est un système géré par le CNC permettant l'auto-alimentation de la production. Ce système est réservé aux sociétés de production françaises (les distributeurs et les SOFICA n'y ont pas droit).

Le Fonds de soutien Producteur généré par un film alimente un compte spécifique du producteur géré par le CNC. Ce fonds de soutien Producteur est exclusivement réservé au réinvestissement dans la production de films.


Voir aussi : Les sources de financement